Pourquoi la vie (2/3).

Le concept de structures dissipative permet de comprendre en partie l’énigme de la vie. En voyant toute structure auto-organisé de notre monde comme un moyen pour la nature d’augmenter l’entropie globale, le mystère s’estompe un petit peu. Cependant, rien n’explique pourquoi ces système organisé apparaissent spontanément, comme par magie. Ma fusée numéro x répond peut être à cette question.

Cette nouvelle idée s’appuie sur la fusée numéro x. Elle n’est en fait que l’application de « l’effet tunnel classique » au domaine plus général de la thermodynamique. Depuis que je l’utilise, je vois notre monde comme un grand stock d’énergie concentré, qui cherche à se dissipé. Je me représente cette réserve sous la forme d’un lac de montagne. Il possède une énergie potentielle du a son altitude et une énergie inertielle, du a la vitesse des petites vague a sa surface. Conformément au second principe de la thermodynamique, cette énergie cherche à se dissiper.

La moindre fissure au fond du lac serra emprunté par l’eau pour rejoindre un réseaux souterrain et atteindre ainsi la vallée. L’énergie c’est alors dissipée et l’entropie a augmenté. Ce cas correspond à toute les fois ou aucune auto-organisation n’a émergé lors de la dissipation d’énergie. Le feux de forêt causé par un éclair en est un bon exemple.

Il existe aussi un second cas. Par moment, des vagues constituant la surface du lac peuvent se rassembler par hasard. Elles forment alors une unique vague beaucoup plus grosse pouvant  submerger la montagne. Par l’effet de siphon déjà décrit, le lac peut alors se vider et rejoindre la valée. La aussi, l’énergie c’est dissipée et l’entropie a augmentée. Ce cas correspond à toute les fois ou l’auto-organisation émerge lors de la dissipation d’énergie. La consommation de pétrole par l’humain en est un bon exemple. Dans ce cas, la nature augmente son entropie par un moyen alambiqué. Les éclair ne peuvent atteindre les nappes pétrolières profondes. Pour dissiper l’énergie contenue dans ces réserves, Il a fallu l’apparition de sociétés humaines capable d’exploiter ces champs de pétrole pour alimenter leur machines.

Grace à l’utilisation du concept d’effet tunnel classique, ma représentation du monde me semble moins énigmatique. J’ai le sentiment de comprendre en partie pourquoi la vie apparaît et persiste. Les premier système auto-organisé émerge par hasard et se maintienne par l’effet siphon.

Publicités